xia

L'élargissement du monde

close

L'élargissement du monde

Traditionnellement,1453 (prise de Constantinople) et 1492 (découverte de l'Amérique) marquent la fin du Moyen Age en Occident. C'est l'entrée dans l'époque moderne avec l'importance des conquêtes turques et l'exploration européenne du monde. Cela implique le contact avec d'autres cultures comme ici l'empire aztèque. On peut parler d'une première mondialisation née de la violence d'une conquête armée où l'Europe va imposer ses valeurs religieuses et culturelles.
close

Christophe Colomb

close

Objectif du voyage

« Suite aux informations que j’avais données sur un Prince qui se nomme le Grand Khan, (vos altesses) pensèrent m’envoyer aux Indes [...] Elles m’ordonnèrent de ne pas y aller par terre, mais d’emprunter la route de l’ouest par où nous ne savons pas si quelqu’un y est jamais passé »Extrait tiré du journal de Christophe Colomb
Ce qui distingue le projet du navigateur des hypothèses des érudits du temps – géographes et humanistes – qui estiment tous très probable l'existence d'îles nombreuses, voire de terres plus vastes plus loin à l'ouest dans la mer océane, c'est son but : atteindre les rivages de la Chine et avant cela le Japon, soit le royaume du Cathay et Cipangu tels que décrits par Marco Polo. Christophe Colomb souhaitait donc atteindre les Indes orientales en passant par l'Atlantique.
close

Un départ compliqué

Le projet de Christophe Colomb de rejoindre les Indes orientales par l'ouest fut refusé par Jean II, le roi du Portugal. Colomb va alors tenter sa chance en Castille au milieu de 1485. Il se rend avec son fils au monastère de La Rábida à Palos de la Frontera, où deux moines lui suggèrent de se rendre à Cordoue auprès de la reine Isabelle. Il est reçu par cette dernière en janvier 1486, mais une réponse négative lui est à nouveau rendue en 1490. En 1491, sa demande est en passe d'être acceptée, mais sa trop grande ambition fait échouer sa quête. C'est grâce à l'intervention du trésorier de la maison du roi, Louis de Santangel, que le projet est approuvé par la reine. En effet, la réussite du projet impliquerait des retombées économiques gigantesques : la route des Indes, bloquée à l'est par Constantinople et au sud par les Portugais, serait libre de toutes taxes.
Le 17 avril 1492, il signe près de Grenade, avec les Rois Catholiques, les Capitulations de Santa Fe, qui lui octroient notamment le titre de noblesse héréditaire d'« Amiral de la Mer Océane », les titres de Vice-Roi et de Gouverneur général des territoires qu'il pourrait découvrir (la Couronne d'Espagne lui accordant à cet effet des armoiries), un dixième des richesses qu'il en retirerait et un huitième du profit de son expédition.

close

Les navires


Le 3 août 1492, Colomb est au départ à Palos de la Frontera (Huelva) avec trois navires — deux caravelles, la Pinta et la Niña, et une caraque, la Santa Maria (qui ne prendra ce nom que lors des voyages ultérieurs de Colomb) — et pas plus de 90 membres d'équipage.
close

Les 4 voyages de Christophe Colomb

close

Tenochtitlan


La ville de Tenochtitlan a été fondée au milieu du lac Texcoco dans la première moitié du XIVème siècle. A la veille de la conquète espagnole, on estime sa population entre 150 et 300 000 habitants. Elle est la capitale d'un empire de 10 à 15 millions d'habitants et dirigé en 1519 par Moctezuma II.
close

La symbolique du drapeau

Tableau du 1893 de L. Prang&Co,
Lorsqu'il arrive sur la terre ferme, le 6 décembre 1492, sur l'île Ayïti rebaptisée immédiatement Hispaniola, Christophe Colomb est persuadé d'arriver en Chine. Il plante un drapeau pour signifier que ces nouvelles terres lui appartiennent, comme le stipule le contrat passé avec les Rois Catholiques.
close

L'évangélisation

Comme promis aux rois catholiques, Christophe Colomb est accompagné de missionnaires afin d'évangéliser les populations rencontrées sur les nouveaux territoires.
close

Les échanges avec les populations locales


Sur cette gravure de Théodore de Bry datant du XVIème siècle, nous observons la rencontre entre Christophe Colomb et les populations autochtones. Ces dernières, nues, apportent des bijoux et autres objets en or au navigateur qui les attend d'un air conquérant. En effet lors de son arrivée en Amérique, Christophe Colomb et ses hommes ont entamé un troc peu équitable avec les populations locales échangeant des clous, par exemple, contre de l'or. En plus des minerais, les îles regorgeaient d'épices, de bois exotiques, de fruits...
close

Le choc microbien

Alors que la colonisation des nouveaux territoires commence, la population indigène diminue rapidement du fait du choc mircobien. Ce dernier est une catastrophe démographique causée par l'absense d'immunisation des Amérindiens face aux malaides amenées par les Européens comme la rougeole.
close

Cortez et la conquête du Mexique

La voie ouverte par Christophe Colomb va donner lieu à une intense période de Colonisation. En 1520, Cortès est chargé de conquérir l'actuel Mexique, alors empires des Aztèques. Arrivé à Tenochtitlan, il est à la fois étonné et admiratif devant ce qu'il découvre. La ville est impressionnante, les bâtiments magnifiques. Moctezuma, empereur aztèque, se soumet sans combat. Mais les Espagnols vont alors massacrer la majorité de la noblesse Mexicas entrainant une révolte indienne et le repli de Cortès. Il revient assieger la ville un an plus tard et cette dernière tombe le 13 août 1521 malgré une résistance acharnée. La chute de Tenochtitlan entraîne l'écroulement de l'Empire Aztèque. Cortès devient en 1522 gouverneir et capitaine général de la Nouvelle-Espagne dont la capitale est désormais appelée Mexico.